Métadonnées pédagogiques

Définition

Les métadonnées sont des données permettant de décrire des données, des informations qui permettent de catégoriser les informations.
En eLearning, ces métadonnées servent à décrire les objets d’apprentissage  en permettant l’identification de leurs contenus et la description de leur usage.
Ce que n’englobent pas les métadonnées pédagogiques : Sont exclues de la normalisation toutes les questions qui ne sont pas de nature strictement technique, comme les normes d’éducation (politiques éducatives, certification, etc.), les conventions culturelles, la définition des objectifs d’apprentissage (programmes, cursus, curriculum, etc.).

Structures

Ces métadonnées comprennent un certain nombre de « descripteurs » qui permettent de les rendre plus facilement identifiables (accessibles) et plus manipulables (réutilisables, adaptables, interopérables, durables). Elles sont centrales au processus de normalisation puisqu’elles répondent précisément à la problématique générale de la normalisation (RAID).
Deux familles forment les métadonnées pédagogiques :
  • Les métadonnées servant l’identification des contenus :
Elles décrivent les objets d’apprentissage [1]. Elles  comprennent un certain nombre de « descripteurs » qui permettent de rendre ces objets plus facilement identifiables et plus manipulables.
Ces descripteurs visent à :
•    Déterminer le nombre, la syntaxe et la sémantique des métadonnées afin que leur description
soit indépendante du contenu lui-même;
•    Faciliter la traduction des contenus en différentes langues;
•    Développer une structure ou schéma de métadonnées qui favorise les échanges;
•    Elaborer un protocole léger (comme le http) pour faciliter les échanges entre clients,
serveurs, de pair à pair, etc.
  • Les métadonnées servant la structuration des contenus :
Elles servent essentiellement à définir « comment utiliser les objets d’apprentissage » pour l’apprenant et pour les plates-formes d’apprentissage.
Ces descripteurs visent à :
•    Définir le langage utilisé pour décrire et référencer les composantes d’information (segment audio, vidéo, animation, texte, etc.);
•    Définir un mécanisme permettant d’assurer un design pédagogique et une présentation des contenus agglomérés de façon à répondre aux besoins de l’apprenant (sur mesure);
•    Définir une façon d’emballer (format, codage, décodage, attributs, interactions, etc.) les contenus de formation.

Rôles

Les métadonnées pédagogiques permettent d’identifier et de décrire des contenus existants pour les réutiliser afin de constituer de nouveaux parcours d’apprentissage. La normalisation de ces métadonnées est essentielle pour permettre de retrouver les ressources et d’utiliser de manière optimale le savoir partagé pour développer la qualité de nouveaux parcours.
Ces métadonnées doivent permettre l’agrégation des objets d’apprentissage selon deux approches : l’approche « automatisante » (prépondérante) et l’approche humaine.
L’approche automatisante  mise beaucoup sur l’automatisation du processus d’enseignement / apprentissage par l’utilisation des capacités informatiques de traitement de l’information. Selon cette approche, l’automatisation de la manipulation des objets d’apprentissage ouvre la voie à toutes sortes de nouvelles possibilités pour améliorer les processus d’ingénierie pédagogique des formations en ligne (conception de formations en ligne sur mesure en fonction du profil de l’apprenant par exemple).
L’approche humaine : Pour cette approche, à partir du moment où les objets d’apprentissage sont bien décrits et accessibles, l’intervention humaine de « designers pédagogiques » permet leur agencement en formations en ligne adaptées.
LOM est actuellement en position de dominance probablement parce qu’il est inclus dans le modèle de référence de SCORM.

Modèles de référence 

Modèles de référence dominants permettant l’identification des contenus par les métadonnées :

IMS – LOM – Learning Object Metadata :Il s’agit du schéma de métadonnées le plus détaillé jusqu’à présent. Il comprend plus de 80 descripteurs hiérarchisés. Certains jugent cependant que son niveau de détail est trop poussé et que cela nuit à son implantation et son adoption dans le milieu de la formation en ligne;
Dublin Core : Schéma de métadonnées générique développé par un consortium international depuis le milieu des années 1990. Il comprend un nombre limité d’identificateurs mais il est extensible. Le schéma Dublin Core n’a pas été conçu spécifiquement pour la formation en ligne et plusieurs jugent qu’il n’est pas suffisamment complet et adapté au domaine;
Cancore : Schéma développé au Canada. Il est le fruit d’un effort conjoint de plusieurs universités canadiennes. Cancore s’appuie à la fois sur le schéma Dublin Core en complétant ses identificateurs de base et sur LOM en « réduisant » la complexité de son schéma jugé trop abstrait.

LOM est actuellement en position de dominance probablement parce qu’il est inclus dans le modèle de référence de SCORM.

Modèles de référence dominants permettant la structuration des contenus par les métadonnées.

IMS – Content Packaging : Spécification développée pour normaliser l’emballage des contenus. Fait l’objet de discussion au sein du SC 36 de l’ISO.
IMS – Question and Test Interoperability : Spécification développée en vue d’assurer l’interopérabilité des pratiques en matière de mesures des apprentissages (tests, quiz, examens, etc.)

SCORM est l’acronyme pour « Sharable Content Object Reference Model ».

Ce modèle s’impose aujourd’hui comme standard. Il propose  un corps commun de spécifications permettant d’assurer l’interopérabilité des applications et contenus de la formation en ligne  pour faciliter les échanges entre plates-formes de formation en ligne.
Concrètement, le SCORM reprend les trois spécifications dominantes suivantes :
•    IMS – Learning Object Metadata (LOM), spécification pour les métadonnées;
•    AICC – Computer Managed Instruction (CMI), spécification pour l’architecture des systèmes de livraison;
•    IMS – Content Packaging and Sequencing, spécification pour la structuration des contenus.
La force de SCORM vient donc du fait qu’il intègre trois spécifications de base (identification des contenus, architecture système et structuration des contenus) qui dominent le processus international de normalisation.

Webographie

Gilles BERTIN, Sharable Content Object Reference Metadata (SCORM), Université de Lyon, 16 novembre 2004, disponible sur internet : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1238
Groupe de travail sur les normes et standards de la formation en ligne, État des lieux et enjeux, SCTIC, Septembre 2002 , disponible sur internet : http://www.crepuq.qc.ca/img/pdf/norm-0210-d-rapport.pdf
Eduscol, Accessibilité : indexation de ressources (métadonnées, normes et standards) – Dossier réalisé par le centre de documentation TICE, dernière mise en ligne : 16/04/2010, disponible sur internet : http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/metadata/@@document_whole2
Mokhtar BenHenda, Standards de métadonnées pédagogiques, un parcours évolutif, AIPU, 15-18 mai 2006, disponible sur internet : http://www.benhenda.com/hdr/documents/colloques2/2006_aipu06-Monastir.pdf

[1]Un objet d’apprentissage est un bloc de contenus qui focalise sur un objectif d’apprentissage spécifique. Ces objets d’apprentissage peuvent être constitués d’un ou de plusieurs composantes ou blocs d’informations incluant du texte, des images, de la vidéo, des sons, des animations, etc.
About these ads
Ce contenu a été publié dans cadre_general. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s